Quand l’ancienne garde des sceaux ne discerne pas les racines et les références d’Emmanuel Macron

Les racines sont profondes, la laïcité de liberté de Briand, l’aversion tout droit inspirée de Clemenceau du colonialisme, le gaullisme social avec la nouvelle société de Chaban- Delmas, le club Jean Moulin, la deuxième gauche socialiste de Michel Rocard, l’engagement européen de la démocratie chrétienne de Robert Schuman et de la social-démocratie européenne à quoi il faut ajouter un ancrage dans le nouveau monde technologique du XXIe siècle et une citoyenneté active.

Il est issu et fait de tout cela. Il suffit de le lire de l’écouter et de bien vouloir lui accorder la sincérité de ses références.

Mais l’inculture, le sectarisme ou, pire, les deux, sont un bandeau pour les yeux et un bouchon pour les oreilles.

Encore dommage. Gardons-nous des sectaires.